La charte Ethos

La mode Ethique

Travailler en étroit partenariat avec nos producteurs et sur des activités qui améliorent les conditions de vie des habitants localement.
Acheter et vendre le plus directement possible pour maximiser la marge du producteur.
Le coton bio est cultivé sur des plantations à petite échelle et acheté aux producteurs à un prix supérieur de 20% ou plus par rapport au marché conventionnel.
Le programme de tous nos partenariats poursuit trois objectifs communs :
• le respect des travailleurs (conditions équitables pour chaque étape de la production)
• le respect de l’environnement (ni pesticides, ni engrais chimiques)
• le respect du consommateur (transparence et qualité)
Proposer des alternatives écologiques, innover dans les teintures végétales et sensibiliser le public aux effets destructeurs de l’industrie du textile.
Offrir la meilleure qualité possible en termes de produits, de service, d’originalité, de développement local et de récompenses pour tous les acteurs.
Communiquer en toute transparence, l’information sur les produits et les modes de production.

Les valeurs

Aujourd’hui, dans nos sociétés industrialisées, la mode ne répond plus seulement aux besoins fondamentaux de se vêtir, mais elle est devenue une véritable industrie, dont les impacts environnementaux, sociaux et sanitaires sont bien souvent méconnus ou ignorés des consommateurs.

En effet, les fibres subissent de nombreux traitements chimiques, ce dès la culture des matières premières, puis à chaque étape de la fabrication des vêtements.
Enfin, délocalisation et sous-traitance de l’industrie textile dans les pays émergents créent des injustices au niveau des conditions de travail et du salaire.

Au niveau environnemental

 Le coton représente 70% du marché mondial du textile. Il recouvre 2,5% des surfaces cultivées dans le monde, mais utilise 25% des insecticides utilisés dans le monde et reçoit jusqu’à 30 traitements par an. Pour 1 kg de coton cultivé, 75g de pesticides et 2kg d’engrais utilisés...
-          Le coton est le troisième consommateur d’eau d’irrigation : pour 1kg de coton produit, entre 7000 et 29 000 litres d’eau sont consommées selon les techniques… (1kg de blé nécessite 900 litres d’eau).
-          Les fibres synthétiques sont issues de dérivés du charbon et du pétrole et font intervenir dans leur fabrication des métaux lourds et de nombreux produits toxiques (tout comme les fibres artificielles).
-          L’ennoblissement des textiles désigne la succession des différents traitements appliqués aux textiles : traitements anti-tâches, sans repassage, infroissables, teintures… plus nocifs les uns que les autres. Tous ces produits sont issus de la chimie (résines synthétiques contenant du formaldéhyde, soude caustique, chlore chrome...) et peuvent provoquer des allergies.
-          Tous ces produits chimiques polluent les nappes phréatiques.
-          Aucune indication sur l’étiquette du vêtement ne nous permet de connaître les différents produits et traitements qu’il a subit, la seule garantie aujourd’hui est d’acheter un vêtement certifié bio.
-          Du côté du transport, ne pas se fier à l’étiquette : elle ne retrace pas le voyage complet du vêtement. Un jean peut, par exemple, par exemple, afficher sur l’étiquette “made in Bengladesh“, alors que le coton aura été cultivé en Inde, qu’il aura été confectionné au Bengladesh, que ses rivets et boutons viendront de Hong Kong et sa fermeture éclair d’ailleurs encore.Il aura parcouru plusieurs milliers de kilomètres avant d’être vendu en France ou au Etats-Unis. Selon l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), le transport d’un vêtement représente 6% de son impact environnemental.
-          La production de déchets textiles connaît une forte progression : chaque Français produit 17 kilos de déchets textiles par an (source Ademe), soit un total d’1 million de tonnes par an pour la population française. Seuls 15% de ces déchets sont collectés, dont 50% réutilisés dans les pays en voie de développement, 20% transformés en chiffon, 10% destinés à la cartonnerie, 8% à l’effilochage et 12% détruits.

Au niveau social

Les conditions de travail : dans les pays émergents les travailleurs n’ont souvent aucun droit. Par exemple, dans une usine au Bengladesh qui produit pour de grands distributeurs européens, une opératrice de machine confirmée travaille entre 60 et 90h par semaine pour gagner l’équivalent de 25€ par mois.
-          L’industrie textile dans les pays du sud fait encore aujourd’hui appel au travail des enfants.
-          L’emploi des produits chimiques sans aucune réglementation dans les pays émergents a un impact sanitaire catastrophique : 1 million de personnes seraient intoxiquées chaque année par ces produits chimiques et, parmi elles, 22000 en mourraient.

Nos garanties de qualité

Tous les articles Ethos sont produits en 100% coton biologique (certains articles contiennent un maximum de 5% d’élasthanne, pour les ceintures et leggings) et 100% laine d’alpaga. Fermetures éclair et fermoir ne contiennent aucune trace de nickel, et les boutons sont préférablement d’origine naturelle. Nœuds, liens et ceintures, sont beaucoup utilisés en guise de fermeture.

Toute la filière productive et les fournisseurs d’Ethos Paris sont certifiés par différents organismes internationaux :
-          GOTS (Global Organic Textile Standard) - la certification la plus connue en matière de textiles biologiques.
-          FAIR TRADE – label de qualité reconnu internationalement sur les produits certifiés comme équitables.
-          FAIR TRADE USA – organisation leader mondial dans la certification des produits équitables en Etats-Unis.
-          FLO-CERT (Fair Trade Labelling Organizations International) – la majorité du coton Ethos provient de structures indiennes certifiées par FLO.
-          SA 8000 – certification concernant les standards acceptables pour les travailleurs, qui sont basés sur les dispositions de l’OIT (Organisation International du Travail) et de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Environnement

Les collections Ethos Paris utilisent deux matières premières d’origine naturelle, le coton certifié bio et la laine d’alpaga, qui sont produites sans engrais, pesticides, ni produits chimiques et dans le respect des conditions de travail.
Chaque matière première est originaire d’un pays, le but étant de développer la ressource naturelle de ce pays : le coton bio produit en Inde et l’alpaga en Bolivie. De même, toute la valeur ajoutée est créée dans le pays.
Les modes de fabrication sont choisis afin de minimiser l’impact sur l’environnement et sont exempts de tout produit chimique nocif.  Les teintures utilisées par nos fournisseurs sont à bas impact environnementale, cela signifie une utilisation responsable d’eau et de fonts d’énergie, ainsi que des pigments écologiques.
En travaillant sur des zones géographiques, chacune étroitement associée à une matière première, et en regroupant production et fabrication, Ethos limite aussi les impacts environnementaux liés au transport.

Commerce équitable

Ethos offre une rémunération juste à ses producteurs : cela veut dire une rémunération qui permet au producteur et à sa famille de vivre dignement de son travail ; qui permet à l’association des producteurs d'améliorer leurs conditions de vie, l’accès aux soins, à l’éducation de leurs enfants …
Le consommateur, en utilisant son pouvoir d’achat comme un vote pour élire des produits responsables, participe ainsi à construire un monde plus juste et durable.
Ethos Paris souhaite aussi valoriser les cultures locales au travers du savoir-faire traditionnels, qui font partie du patrimoine culturel et historique de chaque région.